ADCS

L'Assemblée :

- Qui sommes-nous ?
- Nos bosquets, clairières et foyers

- L'association « Filles et Fils de la Terre »
- Nous rejoindre

entrelacs en frise


Quelques images et vidéos qui illustrent nos perceptions du druidisme. Cliquez sur la photo ci-dessus.

entrelacs en frise

 


Le Druidisme de l'Assemblée Druidique du Chêne et du Sanglier

Il peut sembler curieux de prime abord de parler du Druidisme d’un groupe ou d’un collège. Ce titre montre à lui seul que la voie des Druides, que nous appelons aujourd’hui Druidisme est une voie aux facettes multiples. Et la plupart de ces façons d’entendre, de parler ou de vivre la voie des Druides sont pertinentes et fécondes.

Nous concevons le Druidisme comme une tradition spirituelle authentique et enracinée (c'est-à-dire adaptée à notre environnement et à notre culture). Suivant en cela ceux que nous considérons comme nos illustres ancêtres, nous concevons aussi le Druidisme comme une voie vivante, faite d’inspiration, d’intuition, se refusant à enfermer l’Esprit dans la lettre.

S’il est clair que le druidisme d’aujourd’hui fait référence à son origine historique, il n’écarte aucune des interprétations qui ont suivi, en particulier celles liées au « renouveau » druidique du XVIIe siècle que certain nommeront « néo-druidisme ». Nous revendiquons une certaine continuité dans la fréquentation de lieux « sacrés », dans le nom des Dieux que nous honorons, dans les symboles que nous utilisons, dans l’environnement que nous partageons (climat, sol, histoire...).

La référence à une origine « historique », celle de l’âge du fer, constitue en soi un des « mythes fondateurs » du druidisme actuel, et donc une source d’inspiration. Nous considérons les Druides antiques comme des Ancêtres, à qui nous devons respect et reconnaissance, même s’il nous est impossible de reconstituer leur voie à l’identique.

Une autre richesse du Druidisme est son rapport avec la nature. Nature vivante qui nous nourrit à la fois matériellement mais aussi spirituellement. Elle nous offre un modèle inspirant, accueille nos rites, nous entraîne dans ses rythmes et nous offre la Vie.

La plupart des groupes actuels se prévalent de filiations multiples, dont la plupart tirent leur origine connue d’un des trois grands noms du néo-druidisme : Iolo Morganwg, Henry Hurle et John Toland.
Pour notre part, nous faisons plus volontiers référence à ce dernier, et en particulier dans la dimension « spirituelle, initiatique et païenne » du druidisme tel que nous l’entendons.

Ainsi, le Druidisme va-t-il s’appuyer à la fois sur une « explication de l’histoire » et sur un ensemble de mythes repris au fil des siècles et qui constituent le fondement de nos pratiques et de nos rituels.

Nous considérons donc le Druidisme comme une religion et une voie authentiquement spirituelle et initiatique qui se suffit à elle-même.

Religion polythéiste, le Druidisme l’est. Tout en admettant le concept d’un principe premier, à la fois un et multiple, existant et non existant, le Druide reconnaît, nomme et honore plusieurs Dieux qui sont et agissent sur divers plans.
Ces Dieux sont l’essence du sacré et constituent un panthéon riche et fort dont il appartient à chacun de définir les rapports qu’il entretient avec lui.
Certains d’entre nous honorent plusieurs divinités, d’autres choisissent une divinité tutélaire, tandis que nos rites collectifs s’inscrivent dans un rythme et une succession de célébrations s’adressant à des Dieux honorés ainsi en temps et place.

Voie païenne, le Druidisme l’est également. Souvent ceux qui viennent nous rencontrer nous parlent de résonances, de « mémoires », de « racines » naturelles.
Et comme beaucoup nous partageons ces résonances, ces émotions, cette intuition du sens ou de la continuité. Nous sommes confiants dans le fait qu’il y ait un sens à la Vie, qu’il y ait une continuité entre les mondes spirituels et matériels et que le Monde tel qu’il se présente à nous n’est pas un objet de consommation, mais un lieu de Vie et d’Esprit auquel nous sommes redevables.
Nous ne nous considérons donc pas comme étant hors de la Vie. Nous ne fuyons pas le Monde, et ne le considérons aucunement comme un lieu de chute ou de « rédemption ». Nous considérons au contraire que la Vie nous offre là un terrain d’apprentissage, d’accomplissement (destinée…) et d’expérience.
Et les Druides y trouvent nourriture, protection, force, sagesse, compréhension.

Plus que de nous opposer au Monde qui alors serait « objet », le Druidisme nous invite à nous réconcilier avec tous les aspects de notre être. Des profondeurs aux sommets, en passant par une vie en « accord » avec les modèles naturels qui sont une des expressions de l’harmonie.
Le souffle qui nous anime est le même qui offre la Vie à toutes les créatures.
De même que ce que nous nommons « Awen » est l’Esprit universel qui préside à l’Ordre sacré des choses.

Ainsi, pour les membres de l’ADCS, les Dieux sont omniprésents. À chaque instant, à la fois spirituellement et de façon manifeste. Ils ne sont pas que principes éthérés et froids.
Ils inspirent nos élans, donnent la puissance à la foudre, la chaleur au soleil, la profondeur féconde à la terre. Ils sont le chant des sources vives, et la caresse du vent.
Les Dieux nous guident, nous protègent.
Ils sont aussi d’absolues, conscience, existence, expérience.

Si certains collèges druidiques proclament « la vérité à la face du Monde », pour notre part, nous pensons que le Monde constitue en soi une part de Vérité et qu’il n’y a pas lieu de lui opposer une « vérité unique ».
La vérité est multiple dans ses déclinaisons ou du moins pourrait se concevoir comme ce qui ne peut être réduit à autre chose qu’à elle-même et donc à un principe essentiel irréductible à toute forme de pensée.
Et donc, notre assemblée se plait à cultiver la diversité, la compréhension et la reconnaissance des facettes multiples du réel.

RETOUR EN HAUT DE PAGE

© Assemblée druidique du Chêne et du Sanglier   Plan du site