ADCS

Calendrier de l'A.D.C.S. :

- La roue de l'année
- Les célébrations


- Activités


Autres événements :

- Rencontres
- Festivités

entrelacs en frise


Quelques images et vidéos qui illustrent nos perceptions du druidisme. Cliquez sur la photo ci-dessus.

entrelacs en frise

 


Les célébrations dans nos clairières

rituel druidique en groupe

Nous n’évoquerons ici que les célébrations saisonnières qui manifestent chacune un moment-clef sur ce que nous nommons la roue de l’année. Autrement dit, nous célébrons annuellement les mêmes fêtes, dont la suite est toujours la même et le rythme dépendant de moments-clefs d’un calendrier soli-lunaire.

La déclinaison du temps druidique comporte quelques particularités, en particulier sa conception « polaire » entre une période ou saison dite sombre et une période ou saison dite claire.
L’année celtique débute avec la saison sombre, comme la journée celtique commence avec la nuit.

Chacune des célébrations correspond à un moment « cosmique », à l’influence de divinités particulières, à une symbolique propre, ou encore à des lieux qui se trouvent en adéquation avec ces « résonances ».
Nous considérons donc que chaque célébration décline un rapport particulier entre l’Homme et le Divin. Conjonction du moment « cosmique » et de l’intention humaine dans l’espace sacré constitué par le cercle des célébrants.
Le rituel constituant une intensification du rapport naturel qui existe entre Hommes et Dieux.

Les célébrations sont les temps essentiels et la raison d’être des clairières.
La particularité de nos célébrations c’est qu’elles permettent à chacun de faire, de contribuer, d’exprimer la nature et la qualité de son rapport au divin. Chacun peut y être acteur, au-delà même des offices prédéfinis. Chacun va pouvoir exprimer sa religiosité au sein d’un ensemble ordonné décliné par le responsable de clairière et les officiants.

C’est d’ailleurs l’ordonnancement symbolique, la référence au mythe et la cohérence au cadre druidique qui structurent nos rites et leurs confèrent leur cadre traditionnel. Tandis que l’ouverture à l’esprit du « moment », à l’inspiration, en est le souffle animateur.

La célébration peut être simple ou plus complexe. De courte durée ou plus longue.
Chaque clairière a ses usages mais les façons de faire suivantes se retrouvent assez souvent.
Le cercle est décoré, l’autel (s’il existe) agencé, les divers éléments nécessaires pour le rituel sont installés en bonne place. Ceci peut être l’occasion pour les responsables de clairière d’expliquer aux nouveaux arrivants le symbolisme des directions, de l’axe, de la cérémonie, etc.
Les membres de la clairière sont installés dans un espace qui sera sacralisé.
Lorsque tout le monde est installé on procède au rituel d’ouverture, puis au rituel propre à la célébration.
À la fin du rituel, il y a une place laissée pour que chacun puisse faire ou exprimer un sentiment, un geste symbolique, un chant, une poésie…
Il est ensuite mis fin rituellement à la célébration et chacun retourne à l’espace et temps profanes.

Ainsi le rituel druidique s’inscrit à la fois dans un cadre traditionnel et des résonances symboliques précises, et dans l'ouverture à l’expression individuelle du sacré, aux intuitions et aux « transports de l’âme ».

Comme il en est de la plupart des religions païennes, nous considérons que chacun peut s’adresser légitimement à ses Dieux et que l’intermédiaire d’un prêtre n’est pas une obligation. Dans le cadre d’une célébration, le responsable de clairière est l’ordonnateur du rite, celui qui en connaît les ressorts et l’ordonnancement traditionnel, mais il ne se substitue pas au rapport intime que chaque druidisant établit avec le sacré.

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

© Assemblée druidique du Chêne et du Sanglier   Plan du site