ADCS

Calendrier de l'A.D.C.S. :

- La roue de l'année
- Les célébrations


- Activités


Autres événements :

- Rencontres
- Festivités

entrelacs en frise


Quelques images et vidéos qui illustrent nos perceptions du druidisme. Cliquez sur la photo ci-dessus.

entrelacs en frise

 


Ambiuolcaia - Imbolc - Ociomu

Imbolc

Ambiuolcaia signifie « lustration », Ociomu signifierait selon Monard « vision très nette » et selon Delamarre « le plus complet ».
Selon Auetos (Druide de la Celtiacon Certocredadaron Credima), Le mot OCIOMU serait à rapprocher d’OGIA >OCIA signifiant « pureté, fraîcheur, virginité », sous-entendu « lustration » et non « visibilité de loin » comme le prétend M. Monard.
De même Imbolc, mot qui signifie « autour du lavage », « lustration », se retrouve dans le gaulois AMBIUOLCATO et non ambiuolcaia qui signifie « autour des grandes eaux ». Ceci dit le résultat est le même, puisque l’on s’y plonge.
Ce qui sous-tend les interprétations liées à la pureté, à la clarté, et aux rites de lustration.
Le glossaire de Cormac confirme : «Goûter de chaque nourriture selon l’ordre, voilà ce que l’on doit faire à Imbolc ; se laver les mains, les pieds, la tête, c’est ainsi que je le dis. »

Imbolc est donc une fête liée à la purification, au réveil des Eaux qui se dégagent peu à peu de l'emprise du gel hivernal, entraînant avec elles toutes les « souillures » du passé afin que s'opère la régénération de la Nature ou de l'Être.

Imbolc est dédié à Brigindo, Brid, Brigh, Brigit... « la très haute » Déesse trifonctionnelle comme est trifonctionnel Lug, en miroir sur la roue de l'année.
Brigindo est à la fois maîtresse des « médecins », de la forge et de l'inspiration poétique. Elle est généralement liée au Feu. Ce Feu qui engendre la force dynamique prélude à toutes les renaissances.
Le Glossaire de Cormac nous dit : « Il y avait trois déesses-sœurs portant ce nom : la première (Brigit Bè Filid) présidait l'art de la poésie, la deuxième (Brigit Bé Goibnechta) présidait l'art de la forge, et la troisième (Brigit Bé Legis) présidait l'art de la médecine. »
On la représente parfois avec trois visages, symbole de sa trifonctionnalité donc de son caractère complet et parfois aussi à deux visages, l'un sombre et laid (hiver), l'autre jeune et plein de beauté (été). Nous pourrions imaginer que le mot « ambi » (des deux côtés) soit en résonance avec ce double visage, comme sont en résonances les qualités de devineresse (au large regard) que l'on prête à Bridh.
Ainsi sa position est-elle une position de transition, de passage. Déesse au milieu du gué hivernal et clef du devenir. Analogiquement, il s'agit aussi d'une divinité des crépuscules comme Lugos. Les crépuscules qui sont les périodes intermédiaires entre le sombre et le clair. Et auxquels on attribue traidtionnellement la couleur rouge et or. Le noir étant lié au ciel nocturne et le blanc au ciel diurne. On la dit aussi fille de Dubthach (le Noir), ce qui correspond bien à sa position « cosmique ». On la dit fille de l'Aube, puisque sa naissance aura lieu au lever du Soleil, ce topisme pourrait également l'associer à l'étoile du matin.
Analogiquement, l'eau qui s'écoule est aussi bien la matrice (substance plastique universelle) de la Vie que la manifestation de l'esprit, la Parole, le chant et donc la poésie. L'Eau est aussi la source pure à l'origine de toute chose, fécondée par le Feu elle est le début et la fin.
Brigit est également associée à la Vache (blanche aux oreilles rouges) et à son lait, pure nourriture de la Vie.
Symbolique complexe que l'on retrouve dans d'autres religions indo-européennes comme la religion védique.

imbolc

Eléments de rituel

Les célébrations d'imbolc mettent en jeu :
- La lustration, lavage, purifications, qui débarassent les célébrants de toute souillure et en particulier des reliquats du passé (symboliquement les scories de l'hiver),
- Le mariage du feu et de l'eau, notamment en utilisant des bougies qui sont unies à l'eau puisée à la source sacrée,
- L'offrande de fleurs et notamment le pissenlit (beaman Brid), dont la fleur ressemble à un jeune Soleil et dont la tige renferme un lait (latex) blanc aux vertus purificatrices et diurétiques.

gui

RETOUR EN HAUT DE PAGE

© Assemblée druidique du Chêne et du Sanglier   Plan du site