ADCS

Collège :

- Introduction
- Principes généraux
- Les valeurs du druidisme
- Le rituel
- Cheminer
- L'apprentissage (Mabinog)
- Le Barde
- L'Ovate
- Le Druide
- Le Mac Fuirmid

- Oral ou écrit ?
- Intégrer une clairière

entrelacs en frise


Quelques images et vidéos qui illustrent nos perceptions du druidisme. Cliquez sur la photo ci-dessus.

entrelacs en frise

 


Cheminer

chemin druidique

Toute voie est une proposition de parcours, une invitation à la découverte.

Elle serait classiquement un lien entre deux choses, deux états, deux points.

Quel est le point de départ ?

Le point de départ et le point d'arrivée. Vision topique, cadrée, cartographiée, entre un point déterminé, supposé connu, accompli, assumé et plus rarement élucidé.
Concernant le chemin initiatique nous dirions qu'il s'agit de l'état d'être de celui qui, souhaitant s'engager dans un cheminement, a fait le point sur ses capacités et son bagage.

La plupart de ceux qui s'engagent sur le chemin druidique ont un parcours, une culture, des postulats existentiels, des capacités et souvent des connaissances accumulées au fil d'autres expériences de vie.

Faudra-t-il nier ou renier ?

Ce n'est pas l'option prise par l'ADCS, qui considère que chacun est fait d'une histoire unique, d'un ensemble de déterminismes qui le constituent.
C'est le point de départ de tout cheminement, une matière « brute » qui sera à la fois le socle et la nourriture d'un potentiel parcours.

Quel est le point d'arrivée ?

Dire que le point d'arrivée c'est devenir Druide est réducteur. Réducteur parce qu'il s'appuie sur de multiples projections sur ce qu'est un « Druide ». Images d'Épinal alimentées parfois par des fantasmes hérités de l'imaginaire collectif.
Le cheminement druidique est un chemin de l'être, vers « Soi ».
Ce n'est pas un apprentissage du « paraître ».

Nous disons souvent qu'il est désapprentissage, retour vers l'essentiel (essence-ciel). Confrontation à ce qui « est », confrontation au sensible ouvert sur le Monde et à ce que nous sommes. Hors de toute projection sur « ce à quoi nous voudrions ressembler ».
Problématique qui pourrait constituer une aporie si nous ne pensions que le druidisme peut se concevoir comme une voie « héroïque », une voie pratique, une voie qui pose l'action juste indifféremment de son issue.
Le druidisme est une sacralisation ou une re-sacralisation qui ne peut se résumer à une quête de bien-être ou une fuite devant les épreuves, c'est une voie de lucidité de l'être vers l'être « harmonique ».

Néanmoins la voie druidique reste fidèle à l'idée d'une « hospitalité initiatique » qui fait que le voyageur cheminant y trouvera toujours gîte, couvert et miroir sur son parcours.
Le druidisme offre donc à chacun des références symboliques, un mythe fondateur et des rites qui en sont l'expression actée et comprise.
Images fortes, archétypes puissants , investis de sens qui par un tropisme vitalisé par le cœur, puisant leur substance au plus profond de la Terre, irriguent la surface et permettent l'élévation de l'âme sur tous les plans, vitaux, éthiques, spirituels.

Loin des ésotérismes vides faits de codes imaginés, le druidisme est une voie qui tend au vrai et au lumineux. Lumière vivante libérée de la chape conceptuelle qui voudrait faire croire qu'elle peut exister indépendamment de toute substance.
Le Druidisme honore avec la même ferveur la Mère et le Père, le Feu et l'Eau, la conscience et l'existence. Il trouve substance dans l'esprit des lieux, dans l'esprit du temps, dans celui des ancêtres, des Dieux et dans toute chose qui fait que l'Homme devient participant au sacré.

En cela le cheminement ne conduit pas à une position d'élite, imposant sa volonté aux êtres et aux choses, mais à une position de « réveilleur d'âme » accompagnant le réenchantement du Monde.

Quel est le chemin ?

Entre le point de départ lucide et le point d'arrivée projeté est le chemin.
Chemin d'âme et d'expérience. Il appartient à chacun mais s'accomplit avec l'aide bienveillante de tous ceux qui ont emprunté ce même chemin.

Sur la voie bardique, le chemin s'appuie sur la Parole. Parole entendue, comprise, donnée généreusement. Barde éveilleur, séducteur, chantre du devenir avec les outils qui sont les siens.

Sur la voie de l'Ovate, le chemin s'appuie sur les profondeurs de l'Être, sur une lucidité parfois décapante, sur le flot de vie qui donne esprit à chaque chose, sur la compréhension de l'être et de l'esprit qui relie. Voie de guérison parce qu'elle replace chacun au sein du Sens.

Sur la voie du Druide, il est amour équilibré, détaché de tout projet sur l'autre si ce n'est celui de son accomplissement unique et vrai.

Projet du Druidisme tel que nous l'entendons. Ainsi énoncé il reste tributaire de l'esprit de la rencontre. Indicible alchimie qui s'opère quand des individus s'entendent pour faire route ensemble, dans l'incertitude de ce qui sera. Mais en confiance du Beau et du Bon.
Et c'est là qu'intervient l'Awen, l'inspiration des Dieux qui fait que l'improbable se réalise parfois pour le plus grand bien de ce qui doit être.

RETOUR EN HAUT DE PAGE

© Assemblée druidique du Chêne et du Sanglier   Plan du site