ADCS

Collège :

- Introduction
- Principes généraux
- Les valeurs du druidisme
- Le rituel
- Cheminer
- L'apprentissage (Mabinog)
- Le Barde
- L'Ovate
- Le Druide
- Le Mac Fuirmid

- Oral ou écrit ?
- Intégrer une clairière

entrelacs en frise


Quelques images et vidéos qui illustrent nos perceptions du druidisme. Cliquez sur la photo ci-dessus.

entrelacs en frise

 


Le cheminement de l'Ovate

Si la compagne du Barde est l’inspiration, celle de l’Ovate est la « vision ».
L’Ovate est un explorateur de l’invisible, chercheur de sens, explorateur du passé et de l’à venir.

Dans l’Antiquité, l’Ovate est magicien, devin, guérisseur, conseiller aussi parce qu'il voit les choses dans leur dimension verticale. On le dit parfois perché sur l'arbre de la connaissance qui est aussi celui qui relie les trois plans de la Création.

Sa fonction est liée à nos incertitudes. Incertitude des lendemains, incertitude quant à la santé, la vie, la mort... Il œuvre pour dénouer les fils du destin et réajuster les destinées.

L’Ovate « parle » aux esprits, ceux des arbres, des animaux, des plantes, des rochers et des sources. Il parle et ils lui « enseignent ».
Les Ovates savent que la Nature est le meilleur des professeurs, mais encore faut-il savoir l’écouter.

ovate

Des auteurs nombreux, y compris parmi les historiens, pensent que le druidisme est l’héritier d'un « chamanisme » européen. Bien que ce terme puisse être impropre, nous pensons qu’il y a là un terrain particulièrement fécond pour les Ovates, encore faut-il avancer avec beaucoup de prudence dans ce domaine où les phénomènes de mode ont contribué à troubler les maigres sources qui étaient encore disponibles.

Parmi les outils utilisés par les Ovates actuels, les supports pour « lire » le monde. Comme les oghams et leurs symboles, ou encore l’art antique de l’astrologie.
Mais l’Ovate lit aussi dans les nuages, dans le vol des oiseaux, dans le son d’une source.
En accordant du sens au Monde, l’Ovate participe à son ré-enchantement, à sa magie. Et le monde lui « répond » de façon synchrone.

Dans l’Antiquité, les Ovates furent aussi des magiciens et des guérisseurs. Classiquement, la médecine antique est une médecine « magique ». Ce qui guérit, comme ce qui nuit, ce sont les « esprits ». La maladie est un désordre spirituel qu’il convient de rééquilibrer avec l’aide d’auxiliaires végétaux, animaux ou minéraux.
Il est aisé de gloser sur cette « médecine primitive », mais c’est oublier que la médecine de l’âme n’obéit pas tout à fait aux mêmes règles que la médecine « physique ».
Alors l’Ovate moderne sera plus sûrement un médecin des âmes qu’un médecin des corps, allant à la recherche des fragments d’âme perdus pour réinstaurer ensuite les équilibres.

Santé, équilibres, incertitudes…
Ceci parle de vie et de mort, de cycles naturels, de fins et de commencements.

L’Ovate plonge dans le chaudron divin, pour mourir et renaître. Alchimie de la vie, transformations… qui n'ont d'autres terrains et matières premières que ceux de nos âmes.

« Vous aussi poètes, vous qui avez par vos louanges conduit à l’éternité les âmes courageuses de ceux qui sont morts au combat, vous qui sans peur avez répandu de nombreux chants, vous les bardes. Et vous druides qui une fois la guerre terminée avez repris vos rites barbares et votre sinistre coutume des sacrifices. À vous seuls il a été donné de connaître les dieux, les divinités du ciel, à vous seuls il a été donné de les ignorer. Vous habitez au fond des forêts dans des bois reculés. Pour vous les ombres ne recherchent pas les demeures silencieuses de l'Erèbe ni le blême royaume souterrain de Pluton. Un même souffle dirige nos membres dans un autre monde. Si vous chantez la vérité, la mort est le milieu d'une longue vie. Ils sont donc heureux dans leur erreur ces peuples que regarde la Grande Ourse : la plus grande peur, celle de la mort, ne les accable pas. À cause de cela il y a chez les hommes un esprit enclin à prendre les armes, des âmes capables de mourir et l'idée qu'il est lâche d'épargner une vie qui doit renaître. » Lucain, I, 447 - 462

 

RETOUR EN HAUT DE PAGE

© Assemblée druidique du Chêne et du Sanglier   Plan du site